12
mai
08

journale LE MATIN: Le violeur d’une femme, mariée et enceinte, acquité

Journal le Matin du 10 mai 2008

Par Yousra Amrani | LE MATIN

Elle a été atrocement violée à l’hôpital Avicennes de Rabat alors qu’elle était enceinte de son troisième enfant. Elle, c’est Khadîja Chlada, une jeune femme brave qui a défié les tabous et brisé le silence que la plupart observe dans cette situation.

Khadîja a accepté de témoigner et de raconter son drame devant une dizaine de journalistes présents lors d’une conférence de presse organisée mercredi dernier à Rabat par l’Association Démocratique des Femmes du Maroc.
Khadija raconte comment elle a été violée puis abandonnée par son mari et comment son agresseur a été acquitté et innocenté. «Mon cauchemar, raconte Khadîja, avait commencé le 13 septembre 2006 lorsque j’étais partie faire une échographie à l’hôpital Avicennes. Un sexagénaire m’avait alors proposé d’attendre dans un bureau le temps qu’il finisse avec d’autres malades pour pouvoir m’aider. J’ai attendu pendant une heure et demie dans cette salle. Mais au bout d’un moment je me suis impatientée».

En effet, ce fut le moment où cette jeune femme a réalisé qu’elle était prisonnière car l’agresseur avait fermé le bureau à clé. Khadija s’était mise à crier mais en vain. Il n’y avait personne pour lui répondre. Tous les fonctionnaires étaient déjà partis puisqu’ il était déjà 18h30. Après deux heures d’attente, le violeur apparaît enfin mais cette fois entièrement nu.
«Il s’était jeté sur moi, m’a déshabillée de force et m’a sodomisée. Pourtant, il savait que j’étais enceinte et que je souffrais déjà d’une hémorragie», précise Khadîja en sanglots. Violée, la victime s’échappe prend un taxi et rentre chez elle. Une fois arrivée à sa demeure à Salé, Khadija raconte tout le drame à son mari qui la soutient au départ. Le couple dénonce le crime auprès de la police et du surveillant général de l’hôpital. Ce dernier réagit sur le champ. Il démarre une enquête qui aboutit à suspendre l’agresseur. Tout semblait aller pour le mieux.

«Au cours de la procédure judiciaire ajoute la victime, l’agresseur nous a proposé une somme importante pour me convaincre de garder le silence. Il était impossible pour moi de négocier ma dignité ; Mais mon mari l’a fait.
Il avait accepté de témoigner contre moi devant la cour pour 60.000dhs. Il avait osé nous abandonner moi et les enfants pour l’argent et mentir» s’exclame khadija en essuyant ses larmes.
En effet, le mari avait déclaré lors de son témoignage que Khadija souffrait d’une maladie psychique et qu’elle avait inventé cette histoire de toutes pièces.
Suite aux témoignages du mari, la cour d’appel de Salé a acquitté le 30 avril 2008 le violeur d’une femme mariée, enceinte et mère de deux enfants.

Khadija qui a été violée, à l’hôpital Avicennes le 13 septembre2006, par un fonctionnaire au même hôpital, alors qu’elle avait un rendez-vous pour passer une échographie a été abandonnée par son mari après son accouchement. Suite à ce drame, l’association démocratique des femmes du Maroc a saisi le ministre de la Santé le 19 septembre 2008 qui a pris les mesures nécessaires ayant abouti à la suspension de l’agresseur, après que la commission d’enquête a établi la véracité des faits. Une plainte a été déposée auprès du procureur du Roi et une enquête a été ouverte par la police judiciaire qui a conclu à la détention de l’agresseur.

«Mais, à notre grande surprise, le coupable a été acquitté le 15 octobre 2007, et ce malgré le rapport de la commission d’inspection du ministère de la Santé, le PV de la police, où l’agresseur a reconnu avoir commis le même délit à l’hôpital et pour lequel il est passé devant le conseil de discipline et le témoignage du médecin chef devant le tribunal où il a assuré que l’accusé était un récidiviste» souligne une responsable de l’association démocratique des femmes du Maroc.
En effet, suite à ce jugement de première instance, l’ADFM a interpellé le ministre de la Justice le 17 octobre 2007 pour qu’une enquête sur les circonstances de l’affaire soit ouverte.

Cependant, le verdict de la cour d’appel de Salé le 30 avril 2008 a approuvé le jugement émis par le tribunal de première instance, ce qui a permis à l’accusé d’échapper à toute condamnation.
Actuellement, Khadija travaille en tant que femme de ménage pour subsister aux besoins de sa petite famille après avoir été abandonnée par son mari. Elle vit toujours sur l’espoir que justice lui sera rendue.
La jeune femme est toujours soutenue par l’ADFM qui lance aujourd’hui un appel aux autorités concernées pour mener une enquête et garantir un procès équitable pour que enfin justice soit faite.
———————————————–
Carte de visite
Le centre NEJMA a été créé en octobre 1997 par l’association Démocratique des Femmes du Maroc dans le but de lutter contre toutes les formes de violences basées sur le genre.
Ce centre se fixe d’ailleurs plusieurs objectifs notamment la promotion de la mise en place de mécanismes et de procédures institutionnels de protection des femmes victimes de violence ; le soutien juridique aux femmes victimes de violence et le renforcement des capacités de ces femmes à travers l’accueil, l’écoute, l’orientation et l’assistance juridique au profit des femmes victimes de violence et l’organisation d’ateliers de formation et demanifestations et campagnes de sensibilisation sur les droits de la femme

http://www.lematin.ma/Actualite/Journal/Article.asp?idr=116&id=90829


1 Response to “journale LE MATIN: Le violeur d’une femme, mariée et enceinte, acquité”


  1. 1 Oumayma 6 juin 2008 at 16:15

    Bonjour, je vais être brève mais précise!

    J’aprouve votre contribution et vos efforts, mais malheureusement vous n’arrivez jamais à la fin voulu!

    Ceci dit, pensez-vous réellement que l’agresseur comme vous le nomez, sera jugé correctement et même si le juge pronnonce une sentence, vous croyez vraiment qu’il purgera sa peine entièrement, et même s’il la purge, il en aura pour combien? 5 ans, 10 an, bon on va dire 15ans à tout casser! PENSEZ-VOUS QUE UN JUGEMENT CORRECT!

    Ca y est, c’est bon, l’affaire est close et tout le monde est content!

    Et bien NON, vous par exemple, mettez-vous à la PLace de Madame CHLADA, mais Vraiment à sa PLACE! Difficile à Imaginer!

    Sachant qu’il risque de bénéficier d’une grâce pour bonne conduite, ou même pas, il n’ira peut être pas en prison si c’est déséquilibré mentalement.

    Ecoutez il y aura toujours un beau salop qui violera, qui agressera et bien plus…

    Personnellement j’ai un certain point commun avec Mr L’opsédé “L’Agresseur”, c’est le gout de la violance légitime (La Vengence au Juste Prix)

    C’est une question de calcul, comme pour la prison, c’est fou… On se fait agresser, Violer, on a droit au suspense juridique… la vie foutu en l’air, le pauvre petit BB qui va naitre avec un fardo sur le dos (Pourquoi j’ai pas de Papa? Heu… Oseriez-vous lui expliquer??? Hein?!!!) et Le pire : Vous Payer pour améliorer les conditions de vie de votre “Agresseur” en Prison.

    Bon à vous de voir mais franchement les formalités de Bureau je … Avec pour les faires avaler au Agresseur.

    Nous avons du potentiel, mais… mal exploité, J’entend par là les femmes de ménage, Qui ont l’Art et la Manière de faire du SERIEUX MENAGE! Qui comment on dit, Traivail à la Flamme Bien Moyennageuse!

    Et oui ce sont des Menaces, A bon Agresseur!

    Oumayma