Ensemble pour l'égalité et la dignité
  août 2017  
lumamejevesadi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Il n'y a aucun évènement à venir pour ce mois dans l'agenda
Communiqué de la coalition « Printemps de la Dignité »
suite au drame qu’a représenté le « suicide ? » de la mineure Amina Filali victime de viol et mariée à 15 ans.

Communiqué

C’est avec beaucoup d’inquiétude et d’indignation que la coalition « Printemps de la Dignité » a accueilli les propos de Madame Bassima Hakaoui, Ministre de la Solidarité, de la Femme de la Famille et du Développement Social et de Monsieur Mustapha Ramid Ministre de la Justice et des Libertés, suite au drame qu’a représenté le « suicide ? » de la mineure Amina Filali victime de viol et mariée à 15 ans. La coalition « Printemps de la Dignité », considère que les déclarations des deux ministres vont à l’encontre des engagements du Maroc, exprimés dans le programme gouvernemental et affirmant la volonté du gouvernement de mettre en œuvre la réforme constitutionnelle. La coalition porte à la connaissance de tous les citoyens et citoyennes que le processus de réforme du code pénal a été engagé par le Ministère de la Justice depuis 2008 et a abouti à un projet de reforme globale du texte de loi, prévoyant l’amendement de plusieurs dispositions, dont notamment la suppression de l’article 475-2. Tout en soulignant les avancées que représente le projet de réforme du code pénal, le Printemps de la Dignité considère que le texte continue à véhiculer des discriminations importantes en matière de droits humains des femmes et constitue, de part certaines dispositions une violence institutionnelle et une violation des droits des femmes. Le Printemps de la Dignité met notamment en relief :
- Sa philosophie patriarcale, et conservatrice fondée sur le déni de l’individu, de sa liberté et de ses droits ;
- Sa structure, fortement imprégnée d’une approche sécuritaire conférant la priorité à l’ordre public au détriment des libertés individuelles et des droits fondamentaux, et considérant les crimes contre la personne de la femme comme des atteintes à l’ordre moral public et /ou à l’honneur de la famille.
- Ses dispositions qui réduisent les femmes à des corps à surveiller et les privent de leur droit à disposer de leur corps,
- Ses dispositions qui n’assurent pas une pleine protection des femmes contre les diverses formes de discrimination et de violence dont elles sont victimes.

Au regard de ce qui précède, la coalition « Printemps de la Dignité » revendique un code pénal :
- Préservant la dignité des femmes, leur intégrité physique et psychologique et leur autonomie ;
- Garantissant aux femmes leurs libertés individuelles et leurs droits fondamentaux ;
- Protégeant les femmes contre les violences basées sur le genre ;
- Prohibant toutes les formes de discrimination ;
- Mettant fin à l’impunité ;
- Et garantissant les conditions de l’égalité entre les sexes et la pleine citoyenneté pour les femmes.

Dans cette perspective, la coalition « Printemps de la Dignité » revendique une refonte radicale et globale du code pénal sur la base des dispositions de la Constitution et des engagements internationaux du Maroc en matière de promotion et de protection des droits des femmes et des filles.

« Printemps de la Dignité » 22 mars 2012, Casablanca