Ensemble pour l'égalité et la dignité
  mai 2017  
lumamejevesadi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Il n'y a aucun évènement à venir pour ce mois dans l'agenda
Communiqué de presse : Les femmes marocaines et les terres collectives
Les soulaliates, femmes, mères, épouses et chefs de famille qui ont été spoliées de leur droit à bénéficier des terres collectives au nom d’un droit coutumier archaïque et inique, vivent aujourd’hui des drames sociaux. En effet, après avoir été expulsées de leurs terres, simplement parce qu’elles sont des femmes, elles ont été amenées à endurer la pauvreté et à trouver refuge dans les bidonvilles.


Elles sont victimes de discrimination de la part des représentants de la Jamaa et de l’irresponsabilité du Conseil de tutelle, même après avoir crié haut et fort « cette coutume est un crime, il ya injustice dans les terres collectives » et usé de tous les moyens de protestation pour dénoncer les injustices : plaintes et la correspondance aux responsables, sit in, déclarations à la presse etc.…

Discrimination d’autant plus inacceptable que les terres collectives destinées à l’origine à une exploitation par les chefs de familles, ne devaient être ni cédées ni faire l’objet d’une appropriation. Cependant, aujourd’hui, l’exploitation a pris d’autres significations qui ont ouvert la porte à la transgression de la coutume car :
- ces terres sont actuellement cédées au secteur privé et au secteur public,
- le statut d’ayant droit est aujourd’hui reconnu même aux personnes de sexe masculin non mariés à partir, parfois, de l’âge de 16 ans.

L’accélération des programmes de cession des terres collectives a entrainé une réduction de ce patrimoine ainsi que l’exode et l’appauvrissement des femmes soulaliyates.

A l’Association Démocratique des Femmes du Maroc, nous considérons les femmes soulaliyates de toutes les régions du Maroc comme des ayants droit aux terres collectives et nous soutenons leurs revendications pour :
- suspendre les cessions des terres collectives ainsi que les compensations annuelles liées à l’use et fruit de ces terres, jusqu’à ce qu’une solution équitable soit trouvée pour les femmes,
- trouver une solution légale définitive reconnaissant les droits aux terres collectives à toutes les parties prenantes et plus particulièrement les femmes soulalyates.

Rabat 27 Novembre 2008